Explorateur en herbe


Pour les amoureux de la nature, prenez votre fouet
et votre chapeau mou, et zou

 
 

La Baie d’Antongil

Localisation



 

 
Un baleineau et sa mère

Hier zone de chasse, aujourd’hui site d’écotourisme baleinier

    Un baleinier américain « Charles C. Morgan » vint dans la baie d’Antongil vers la moitié du 19e siècle.
    Un de ses voyageurs immortalisa dans son journal, son souvenir de la baie. Il y nota : « La baie d’Antongil était une immense et large baie…… c’était un très splendide site… les beaux arbres avec leurs feuillages la bordaient, ils étaient juste naturels…. Les baleines à bosse y mettaient bas dans des zones d’un mille de la côte ».
   
    Les mammifères marins marquèrent les civilisations de plusieurs sociétés de différents pays de l’hémisphère Nord. Le développement du système commercial de l’époque favorisa leur chasse et leur exploitation. En particulier, les exploitations réduisirent le chiffre mondial des populations de baleines à bosse, passé de 125000 à 35000 actuellement.
   
    Les mers de Madagascar furent d’une importance stratégique pour la chasse des baleines à bosse, (Megaptera novaeangliae) pendant le 19e siècle et même au début du 20e siècle. En effet, les passages périodiques des baleines à bosse dans la Baie d’Antongil, suscitèrent les intérêts des chasseurs dès 1850. Elle devint ainsi une des zones de prédilection de chasse des baleines vers la fin du 19e siècle.
   
    Ayant une superficie de 2800Km2, la Baie d’Antongil est la plus grande baie de la côte Est Malagasy. Les impressions du voyageur du navire “Morgan” il y a un peu plus d’un siècle, restent encore une réalité pour la Baie d’Antongil. Son environnement reste encore naturel ; elle se trouve au cœur des uniques et larges patrimoines forestiers qui subsistent à Madagascar, le parc National de Masoala et les forêts de Makira.
   
    La Baie d’Antongil constitue une des plus importantes zones de reproduction des baleines dans la région occidentale de l’Océan Indien. Elles n’y manquent pas leur rendez-vous annuel de juillet à septembre pendant la saison d’hiver austral. Ces baleines entreprennent un long voyage vers les zones tropicales après s’être bien nourries dans les régions polaires.
   
    Les baleines, particulièrement les mâles animent la baie d’Antongil durant cette période. Le silence absolu et le calme de la baie sont interrompus souvent par les bruits puissants de leurs souffles, de leurs spectaculaires comportements (percée, frappe de la queue, de l’aileron pectoral et de la tête) et des chants des mâles. La baie sert de berceau et de pouponnière aux baleineaux qui sont sous les soins attentifs et constants de la maman.
   
    Les baleines par leurs comportements spectaculaires attirent du monde et particulièrement les touristes. Ce phénomène constitue un potentiel écotouristique valorisable. L’activité écotouristique d’observation des baleines, si elle est régie par des réglementations, est reconnue mondialement comme une industrie qui protège durablement les populations de cétacés. L’Océan Indien étant déclaré sanctuaire de baleines, la valorisation de cette activité constitue une source de revenus non négligeable pour la communauté locale ainsi que un moyen pour protéger les baleines.

    Le Programme de Recherche et de Conservation des Cétacés de la Wildlife Conservation Society (WCS) coopère avec les groupements des opérateurs touristiques de la baie d’Antongil pour renforcer l’effort de conservation et de valorisation des baleines. Nous visons ensemble de mettre en place une activité d’observation conservatrice et sécurisée des baleines dans la région de Maroantsetra.