Surf & Wind-surf


 
Partir à la découverte de contrées inconnues, de plages lointaines et de “spots vierges”, et au delà, rencontrer des populations aux cultures bien différentes, c’est ce que Madagascar peut offrir à tout surfer.

Une variété de spots hors du commun, reconnus potentiellement intéressants. Des sites “paradisiaques” où la vie s’écoule comme aux premiers temps. Un budget de séjour raisonnable. De plus, le surf est encore un sport en friche dans la Grande Ile. On ne se bouscule pas pour prendre une vague, il n’y a donc pas de problème de cohabitation. Au contraire, on recherche parfois la compagnie. Ceux qui ont une âme de “pionnier” pourront parcourir les innombrables kilomètres de côte à la recherche du site idyllique, car il reste encore beaucoup à découvrir. A noter les nombreuses possibilités pour la pratique du funboard sur la plupart des spots de surf.
 

Les Spots 

 
La description des spots est le fruit d’informations diverses mais non exhaustives. De nombreux sites remarquables sont à exploiter. Comme par exemple La baie des Sakalava qui est un endroit reconnu pour la pratique du funboard. Les régimes d’alizés   y sont intenses et permanents durant la saison sèche. Comme la plupart des “Mecque” du surf, la “Grande Ile” bénéficie d’un climat tropical. (le Tropique du Capricorne coupe Madagascar au niveau de la ville de Tuléar).
 

La Côte Est 

La Côte Est subit un régime soutenu d’alizés du sud-est mais aussi, malheureusement, de nombreuses pluies. (Les nuages butent sur les hautes terres qui coupent l’île longitudinalement, créant ainsi des précipitations).
La majeure partie de la côte est, est infestée de requins. Les baignades en mer sont reconnues comme dangereuses. 
 
Sambava 
Un spot qui sent bon la vanille ! Au sud de la ville, on rencontre une “belle droite” qui casse à l’embouchure d’une rivière. Tube bien formé qui permet de longues courses… Mérite une “appellation d’origine contrôlée”! Plus au Sud, à quelques 2 km, un autre site présente de bons potentiels. Risque de requins.
 
Antalaha
Deux récifs principaux pourront être atteins en pirogue. Sur la face Sud, vous découvrirez une autre “droite” qui, à marée basse, et avec une faible houle, devient plus formée et plus rapide.
 
Mahambo 
Belles vagues toute l’année et site sympathique. Hôtels à proximité.

Ile Sainte Marie
Une longue ceinture corallienne borde une grande partie de la Côte Est de Sainte Marie. Par houle formée, quelques brisants peuvent être éventuellement exploités. Un petit spot à la pointe d’Ampanihy et de belles possibilités au nord proche du village d’Ambodiatafana avec une droite et une gauche. 
 
Ambila Lemaitso
Quelques spots proches de la petite ville avec de belles vagues bien balancées. Risque de requins.
 

L’ Ouest

La Côte Ouest est soumise à un climat relativement chaud et sec. Les coups de vents sont souvent d’origine thermique. Le “Varatraza”, l’alizé, souffle assez fort pendant la saison hivernale (entre juin et septembre). La période la plus favorable s’étend donc durant la saison sèche. 
Il n’y a pas trop de risques en ce qui concerne les requins. Il faut dire que la topographie sous-marine est bien différente de celle de la côte est. Au lieu de trouver des “tombants” vertigineux à proximité immédiate de la côte, les fonds descendent très progressivement. Certains paliers de faibles profondeurs s’étendent jusqu’à plusieurs miles au large…
Des récifs coraliens ceinturent et protègent la côte en de nombreux endroits, formant de magnifiques aquariums naturels où poissons, langoustes et crustacés ne manquent pas.
 
Morondava
Possibilité de petit surf. Vagues occasionnelles. 
 
Mais il reste beaucoup à découvrir notamment entre Morombe et Tuléar.
 

Le Sud 

 

Le sud malgache est très aride, car les précipitations y sont très rares (occasionnellement durant la saison cyclonique s’étendant de janvier à mars). 

Par contre, les coups de vent sont nombreux et forts, notamment dans la région du Cap Sainte-Marie et aux environs de Tuléar qui présente les conditions idéales pour la pratique du surf en toute saison. Fort Dauphin est à la limite des zones climatiques humides de l’est et sèche de l’ouest. Cette situation lui confère un environnement riche et varié. Durant l’hiver austral, la température de l’eau et de l’air est très inférieure à la moyenne. Il faut prévoir des équipements adéquats.
 
Fort Dauphin et environs 
 
Climat
Fort Dauphin bénéficie des alizés du nord est qui soufflent de juillet à mars avec des maxima en septembre octobre. Cet alizé peut être interrompu par un vent de sud sud-est qui amène une grosse houle et des conditions de surf excellentes.
 
Le Libanona
En ville. Proche de la plage du même nom et face à une usine de conditionnement de fruits de mer et où “s’exposent” des tuyaux d’écoulement. C’est une belle droite abordable et de qualité baptisée “Monseigneur”. De mai à octobre vents “on shore”.

Le Miramar ou baie des Cochons
En ville. Aisément accessible à partir du restaurant “le Miramar”. Le vent dominant provoque la formation d’une bonne houle avec des creux atteignant 2 m. C’est un spot sympathique grâce à de bonnes vagues, une eau claire et un cadre agréable.

Vinanibe 
Ce sont les meilleures vagues de Fort Dauphin. Capte le plus la houle. La différence est du simple au double avec la Baie des Cochons. Très bon potentiel et aucun danger (fonds sablonneux).

Evatra 
Prendre la route de Manantenina (nord), au pk 19 emprunter la piste sur la droite qui mène au village d’Evatra, proche du phare de la pointe d’Itaperina.
 
 
Androka
Situé à 89 km d’Ampanihy, par une piste secondaire. Androka est un petit village de pêcheurs au bord d’un magnifique récif corallien, agrémenté d’une petite île située à un demi mile de l’embouchure de la rivière Linta. Pour les sorties, il est préférable de se faire accompagner par une pirogue car il faut se rendre à la passe du récif. Les vagues sont bien formées des deux côtés de la passe suivant le sens de la houle et du vent. Les parcours sont longs et turbulents. L’hiver serait la période idéale pour ce spot (houle de sud ouest).

Lavanono 
Situé à à un peu moins de 300 km de Fort Dauphin (une journée de route). Possibilité de surfer sur les récifs alentours. Prévoir de bivouaquer sur place avec son propre matériel. Surf le matin de 7 h à 10 h env. , car le vent se lève de 10 h à 15h. Passe avec une belle droite et une gauche qui déferle sur prés de 300 mètres ! C’est le paradis du funboard et le site a accueilli la compétition internationale “trilogy”. Pour un individuel c’est un endroit difficile d’accès (8 h mini de piste de Fort-Dauphin), de plus, il n’y a pas d’eau potable ni d’électricité. Le vrai bled pour fada de la planche!
 
Tuléar et environs

Anakao
Belles vagues de récif. Potentiel intéressant et structures de vie sympa et proche (bivouac de Safari Vezo à Anakao).

Ifaty
Les récifs à un ou deux miles nautiques du rivage en valent la peine. Notamment une gauche avec une bonne houle formée. Louer une pirogue pour vous accompagner (gain de temps, fatigue, sécurité).
 

Matos

Il vaut mieux amener son propre matériel...
Et en prévision d’un gros “pépin” de casse, il est préférable d’avoir avec soi un kit de réparation de base afin d’être autonome ainsi qu’un lot de pièces de rechange (attache de jambe “Leash/wax” est indispensable).

Pour les effets vestimentaires, prévoir une intégrale à manche courte ou “spring court” car la température de l’eau est fraîche, d’avril à septembre et toute l’année dans le sud associée à des vents frais.

Sécurité : Ne pas tenter le diable en fonçant dans tous les rouleaux. Interroger les pêcheurs locaux ou les villageois pour être sûr de ne courir “aucun” risque. Ils connaissent mieux que quiconque les endroits poissonneux et les zones à risque.

Ne pas surfer à la sortie des rivières et en eau trouble, notamment après de fortes pluies ou après des cyclones. Eviter également de surfer au niveau des passes de lagon lorsque la marée descend. Ne jamais surfer après le coucher ou avant le lever du soleil. En espérant que vous ne connaîtrez pas les dents de la mer N°3 , bonne chance et bons spots !