Antsirabe

Localisation




 

Antsirabe, Où il y a beaucoup de sel
(Contraction de l’expression “Any sira be” dûe à la présence de sels minéraux dans les eaux thermales de la ville.)
 
Une ville d’eau
Antsirabe a été baptisée le “Vichy malgache”. Ses nombreuses sources sont exploitées depuis le siècle dernier et portent les noms de Ranomafana I et II (eau chaude), Ranovisy (eau de Vichy), d’Antsirakely, de l’hôpital et de Sahatsiho. Des bains et des structures d’accueil ont été aménagés pour les curistes. Comme le magnifique Hôtel des Thermes ou le lac artificiel servant à contenir les gaz thermaux. Antsirabe est aussi la capitale du pousse-pousse, moyen de transport encore largement utilisé par toute la population.

 
Au XVIIIe siècle, Mayeur, dans ses récits de voyage sur les hautes terres nous apprend que les eaux de la région d’Antsirabe sont riches en sels. Sur l’emplacement de l’actuelle localité existait un pénitencier royal. La naissance du village est dûe à l’arrivée du missionnaire norvégien Rosaas en 1872. C’est ensuite au gouverneur général H. Garbit que l’on doit le développement de la cité. Il faut noter l’attaque de la localité par des insurgés en 1896 après la conquête française.

 
Ville industrielle. On retrouve plusieurs grosses entreprises du pays (textile, brasseries, tabac). C’est également une riche région agricole, favorable à l’élevage, réputée pour ses produits laitiers et sa charcuterie).

 
L’Ivohitra
Colline dominant la ville à 1 651 m d’altitude 
A partir du grand marché de Sabotsy, prendre la route de Belazao. Au bout de 1 km environ un embranchement à droite conduit, à travers un bois, jusqu’au sommet de l’Ivohitra. Vaste panorama sur les Hautes Terres et toute la région d’Antsirabe.

Les sources minérales ou thermales
Les sources utilisables sont au nombre de sept dont six dans la localité. Elles donnent selon les termes de Lenoble “des eaux bicarbonatées, sodiques, légèrement calciques” (d’après G. S. Chapus).

Le lac Andraikiba  (7 km)
Prendre la route de l’Ouest en direction de Betafo que l’on suit durant 6 km, puis emprunter à droite une petite route (1 km) qui conduit au lac. Autrefois très fréquenté par les amateurs de voile, il reste encore les anciennes structures d’un club nautique.
D’une circonférence approchant 5 km, on peut en faire aisément le tour à pied par une petite route. Baignades possibles en saison chaude.

Le lac Tritriva (15 km)
A partir du croisement du Lac Andraikiba, poursuivre la piste en direction de Betafo. On traverse le village de Belazao, avant d’apercevoir le Mont Tritriva que l’on atteint bientôt. La route passe à proximité du lac d’origine volcanique, et l’on peut se rendre à pied aux abords du cratère.
En raison de sa grande profondeur (plus de 160 m) sa couleur est très foncée, dégageant ainsi une impression étrange. Les légendes locales prétendent que deux amoureux dont les projets de mariage avaient été repoussés par leurs parents, ont préféré se noyer  dans le lac.



Le lac Andranobe (7 km) 
Prendre la route de Tananarive puis tourner à gauche (embranchement vers le lac)

L’ascension du Votovorona 
(20 km, alt 2054 m) et du Mont Ibity (25 km 2255 m). Guide conseillé.

Marché de Sabotsy
Grand marché hebdomadaire qui a lieu chaque samedi.
 
Tananarive à Antsirabe (169 Km) 
Belle route goudronnée, nombreuses liaisons quotidiennes en taxi-brousse.